Les anciens combattants sont appelés à bien gérer leurs coopératives

Le Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants (MDNAC) à travers la Direction Générale des Anciens Combattants (DGAC) a organisé du 28 au 29 août 2019 à Gitega un atelier de formation sur la création et gestion des coopératives. Cet atelier a été organisé au profit des anciens combattants leaders regroupés dans des coopératives au niveau national.

Dans le but d’accomplir sa mission qui est d’encadrer et inciter les anciens combattants à œuvrer dans les associations de production, la DGAC aide les anciens combattants à créer et gérer des coopératives. Lors d’un atelier dédié à cet effet, le Directeur Général de la DGAC le Colonel Oscar Nzohabonimana, a indiqué que l’objectif de cette formation était de sensibiliser les anciens combattants sur la création et gestion des coopératives.

A la question de savoir comment la DGAC appuie les coopératives des anciens combattants dans leur développement, il a fait savoir qu’ils utilisent leurs propres moyens et mettent en commun leur savoir-faire. « Notre appuie se limite uniquement sur le coaching, le suivi et évaluation », a-t-il précisé.

Il n’a pas manqué de prodiguer des conseils à ceux qui n’ont pas encore adhérés aux coopératives en indiquant que la création des coopératives est un programme du gouvernement du Burundi. « J’interpelle alors tous les anciens combattants à se grouper dans des coopératives, de mettre en application les techniques de création et gestion des coopératives qu’ils viennent d’apprendre et de les partager avec leurs camarades », a-t-il ajouté.

André Ndikuriyo, facilitateur dans cet atelier, a fait savoir que la formation était centrée sur l’organisation et gestion des coopératives ainsi que la mobilisation des apports propres et l’épargne. Pour qu’une coopérative soit bénéfique, il a indiqué que la coopérative doit réaliser des projets qui génèrent des profits et ces derniers doivent être bien gérés « La principale cause de la non rentabilité de la coopérative est la mauvaise gestion de sa richesse. Pas mal des coopératives sont mal gérées », a-t-il ajouté. Pour pallier ce défi, le facilitateur a dit que la coopérative doit posséder des statuts agrées, des documents comp- tables à sa disposition, un manuel de procédures de gestion des fonds de la coopérative. La gestion doit être transparente.

Les participants à cet atelier ont remercié le MDNAC d’avoir organisé la formation à leur profit. « La formation était riche et va nous aider à bien organiser nos coopératives afin de pouvoir participer au développement du pays en général et de nos familles en particulier », ont-t-ils fait savoir ! Ils ont eu l’occasion d’émettre leurs inquiétudes et suggestions.

 

 

 

Ajouter un commentaire

HTML restreint

  • Vous pouvez aligner les images (data-align="center"), mais également les vidéos, citations, etc.
  • Vous pouvez légender les images (data-align="center"), mais également les vidéos, citations, etc.